Is there an opening for Mali in grand German scheme?


The ambitious German Marshall plan is on a slow starter. Only three African countries have been selected as “reform partners” after the launch of the plan a year ago. Mali Folkecenter struggles to convince Germany that Mali should be country number four

“The future of humanity is decided in rural areas. Only with strong rural regions can we effectively combat hunger, poverty and climate change”.

The quote is attributed to the German Minister for Development, Mr. Gerd Müller, who is the architect behind the ambitious German “Marshall Plan for Africa” that was presented to the world a year ago.

Gerd Müller, Federal Minister of Economic Cooperation and Development

The Marshall plan is Germany’s center-right government’s latest bid on how poverty could be tackled.

According to the plan Africa is to receive a huge injection of official aid and private investments to lift the continent up on a trade level that is competitive with the rest of the world.

Germany is trying to convince her European Union partners to join in on the idea, but so far with limited success. Massive investments in Africa on a “Marshall Plan” scale take heavy considerations and time among the EU partners.

Instead Germany has had to go it alone and as of now three African countries have been selected for “reform partnerships”: Tunisia, Ghana and Ivory Coast.

In Ghana and Ivory Coast, the partnerships have a strong focus on the fight against climate change and enhancing renewable and sustainable energy.

This is core activities of Mali Folkecenter and have been for two decades while Mali has experienced relative good progress in the fields of climate change combat and renewable energy. In the opinion of Ibrahim Togola, chairman of Mali Folkecenter, Mali should therefore be chosen as a partner.

“I am doing my level best to provide relevant and strong arguments to convince the Germans that Mali should be included in the Marshall plan sectors for renewable energy. We (Mali, ed.) are strong in that field”, says Mr. Togola and stresses the fact that Mali in 2002 was the first country in West Africa to adopt tax exemption for renewable energy as an incentive to facilitate access to clean energy in rural areas.

Dr. Ibrahim Togola, President of MFC

“We also have a rural electrification law and policies in place that actually work, even if there are still challenges to overcome”, says Mr. Togola, who underlines that Mali needs support to bring ongoing projects to successful conclusions.

He stresses: “Mali is still one the least developed countries in the world” referring to the wording in the actual plan where it states that such countries should “not be left behind”.

The basic idea in the German plan is to inject official aid and private investments into African countries to lift them up to a level where they are able to generate their own income and to trade on an equal footing with the rest of the world. Link to the German plan:

https://www.bmz.de/en/publications/type_of_publication/information_flyer/information_brochures/Materialie270_africa_marshallplan.pdf

Critics of the plan assert that the real intention behind it is to help European and Western companies gain easy access to the enormous potentials lying dormant in Africa.

One such critic is the political scientist and health policy advisor, Anne Jung. She wrote in the German Journal “Medico International” that the title, « Marshall Plan with Africa » is a deception.

“In contrast to the Marshall Plan of 1948, which enabled Germany to rebuild after the Second World War (consisting of loans, the supply of raw materials, food and goods) and endowed with a sum that today would equal 130 billion euros, the plan of the same name provides no money for Africa. So, zero euros”. Link to article by Anne Jung: https://www.medico.de/en/marshall-plan-with-africa-is-a-sham-16913/

 

The plan is a good one

Mr. Togola shares the worry of the critics but maintains that the overall idea of the Marshall plan is a good one. “The plan is a great initiative for us Africans. The basic idea is after all to support week African countries in a transition phase”, says Mr. Togola. “Our countries are in strong need of development to improve the living conditions for our people. We cannot and should not miss any chance for getting assistance”.

At the backdrop of this realisation Mr. Togola is working to establish an African Platform to cooperate with German partners in order to support the “Marshall Plan” on the ground and to achieve a win-win situation.

The German plan is based on the similarly ambitious objectives of the African Union in its “Agenda 2063” (Link to Agenda 2063. The Africa We Want:

http://www.un.org/en/africa/osaa/pdf/au/agenda2063.pdf

That agenda is itself a reflection of the United Nation’s “Sustainable Development Goals”, the SDGs. Link to the SDGs:

http://www.un.org/sustainabledevelopment/development-agenda/

The original Marshall Plan’s derives its name from the US Secretary of State, George C. Marshall, who “planned, campaigned and carried out” the plan that should help rebuild Europe after World War II. The plan was initiated in 1948 and was implemented within four years.

All European countries were offered help after the plan according to the size of the populations. 18 countries participated and some were given preferential treatment, like the United Kingdom, France and Germany.

The Soviet Union refused to join and blocked the plan from entering into effect in other Eastern Bloc countries. Link to info on the original Marshall Plan: https://en.wikipedia.org/wiki/Marshall_Plan

 

More details on the German Marshall plan, with the kind input from the German embassy in Bamako

The main goals of the plan are to improve business environments in Africa, to create economic development and jobs and better perspectives for African youth.

The plan has three main pillars:
1) business, trade and jobs
2) democracy and good governance
3) peace and security

Financing will be through ODA (Official Development Aid) plus private investments (both from within African countries and from external foreign investments) plus by domestic resource mobilization (taxation and other income generating instruments must be improved in the countries.)

 

Current state of implementation

For each of the three selected “reform partnership” countries the focus is on:

Tunisia: Reform of banking sector (guarantee scheme for Tunisian small and medium sized enterprises), improvement of the business environment, public finances as well as sector budget support which is under consideration.

Ghana: Renewable energy and energy efficiency, technical and vocational education and training (TVET), support to the financial sector (tentatively earmarked with 95 million Euros, mostly loans)

Côte d’Ivoire: renewable energy and energy efficiency, TVET (engagement in 2017: 100 Mio Euro, mostly loans, further funds will depend on progress with regard to agreed-upon reforms)

 

German Negotiations with other potential Marshall Plan partners

Germany attempts to feed the Marshall plan idea into EU-processes like follow-up to EU-AU-summits, External Investment Plan, New Partnership Africa – EU in the framework of the ACP-EU partnership.

 

Y a-t-il une ouverture pour le Mali dans le grand Plan Allemand?


L’ambitieux plan Marshall allemand démarre lentement. Seuls trois pays africains ont été sélectionnés comme «partenaires de la réforme» après le lancement du plan il y a un an. Mali Folkecenter lutte pour convaincre l’Allemagne que le Mali devrait être le pays numéro quatre

« L’avenir de l’humanité est décidé dans les zones rurales. Ce n’est qu’avec des régions rurales fortes que nous pouvons lutter efficacement contre la faim, la pauvreté et le changement climatique « .

La citation est attribuée au ministre allemand du Développement, M. Gerd Müller, qui est l’architecte de l’ambitieux « Plan Marshall Allemand pour l’Afrique » présenté au monde il y a un an.

M. Gerd Müller, ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement

Le plan Marshall est la dernière proposition du gouvernement de centre-droit allemand sur la manière dont la pauvreté pourrait être combattue.

Selon le plan, l’Afrique doit recevoir un énorme apport en aide publique et investissements privés pour élever le continent à un niveau commercial compétitif avec le reste du monde.

L’Allemagne essaie de convaincre ses partenaires de l’Union européenne de se rallier à cette idée, mais jusqu’à présent avec un succès limité. Les investissements massifs en Afrique selon un «plan Marshall» prennent beaucoup de temps et de considération parmi les partenaires de l’UE.

Au lieu de cela, l’Allemagne a dû faire cavalier seul et à ce jour, trois pays africains ont été sélectionnés pour des «partenariats de réforme»: la Tunisie, le Ghana et la Côte d’Ivoire.

Au Ghana et en Côte d’Ivoire, les partenariats mettent fortement l’accent sur la lutte contre le changement climatique et le renforcement des énergies renouvelables et durables.

Il s’agit des activités principales de Mali Folkecenter et ce, depuis deux décennies, alors que le Mali a connu des progrès relativement satisfaisants dans les domaines de la lutte contre le changement climatique et des énergies renouvelables. De l’avis d’Ibrahim Togola, président de Mali Folkecenter, le Mali devrait donc être choisi comme partenaire.

« Je fais de mon mieux pour fournir des arguments pertinents et solides pour convaincre les Allemands que le Mali devrait être inclus dans les secteurs du plan Marshall pour l’énergie renouvelable. Nous (Mali, éd.) sommes forts dans ce domaine « , dit M. Togola qui souligne que le Mali a été le premier pays d’Afrique de l’Ouest à adopter l’exonération fiscale pour les énergies renouvelables en 2002 afin de faciliter l’accès à l’énergie propre dans les zones rurales.

Dr. Ibrahim Togola, Président de MFC

«Nous avons également une loi et des politiques d’électrification rurale en place qui fonctionnent réellement, même s’il reste des défis à surmonter», dit M. Togola, qui souligne que le Mali a besoin de soutien pour mener à bien les projets en cours.

Il insiste sur le fait que « le Mali est toujours l’un des pays les moins développés du monde », se référant au libellé du plan actuel où il est stipulé que ces pays ne devraient « pas être laissés pour compte ».

L’idée de base dans le plan allemand est d’apporter des aides officielles et des investissements privés dans les pays africains pour les amener à un niveau où ils peuvent générer leurs propres revenus et commercer sur un pied d’égalité avec le reste du monde. Lien vers le plan allemand:

https://www.bmz.de/en/publications/type_of_publication/information_flyer/information_brochures/Materialie270_africa_marshallplan.pdf

Les critiques du plan affirment que l’intention réelle derrière elle est d’aider les entreprises européennes et occidentales à avoir un accès facile aux potentiels énormes dormants en Afrique.

L’une de ces critiques est la politologue et conseillère en politique de santé, Anne Jung. Elle a écrit dans le journal allemand « Medico International » que le titre, « Plan Marshall avec l’Afrique » est une tromperie.

« Contrairement au plan Marshall de 1948, qui a permis à l’Allemagne de se reconstruire après la Seconde Guerre mondiale (consistant en prêts, fourniture de matières premières, nourriture et biens) et dotée d’une somme qui aujourd’hui serait de 130 milliards d’euros, le plan du même nom ne fournit pas d’argent pour l’Afrique. Donc, zéro euros « . Lien vers l’article de Anne Jung: https://www.medico.de/fr/marshall-plan-with-africa-is-a-sham-16913/

 

Le plan est bon

Togola partage l’inquiétude des critiques mais maintient que l’idée générale du plan Marshall est bonne. « Le plan est une excellente initiative pour nous Africains. L’idée de base est après tout de soutenir les pays africains faibles dans une phase de transition « , dit M. Togola. « Nos pays ont un fort besoin de développement pour améliorer les conditions de vie de nos populations. Nous ne pouvons et ne devons manquer aucune chance d’obtenir de l’aide « .

Dans le contexte de cette prise de conscience, M. Togola travaille à la mise en place d’une plateforme africaine pour coopérer avec le partenaire allemand afin de soutenir le «plan Marshall» sur le terrain et de parvenir à une situation gagnant-gagnant.

Le plan allemand est basé sur les objectifs ambitieux de l’Union africaine dans son « Agenda 2063 » (Lien incorporé à l’Agenda 2063. L’Afrique que nous voulons:

http://www.un.org/en/africa/osaa/pdf/au/agenda2063.pdf

Ce programme est lui-même le reflet des «Objectifs de Développement Durable» des Nations Unies, les ODD. (Lien incorporé aux ODD:

http://www.un.org/sustainabledevelopment/development- agenda

Le plan Marshall originel tire son nom du secrétaire d’État américain, George C. Marshall, qui a «planifié, fait campagne et réalisé» le plan qui devait aider à reconstruire l’Europe après la Seconde Guerre mondiale. Le plan a été lancé en 1948 et a été mis en œuvre en quatre ans.

Tous les pays européens ont reçu une aide selon le plan en fonction de la taille des populations. 18 pays y ont participé et certains ont bénéficié d’un traitement préférentiel, comme le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne. L’Union Soviétique a refusé d’adhérer et a empêché le plan d’entrer en vigueur dans d’autres pays du bloc de l’Est (Lien incorporé à l’information sur le plan Marshall originel: https://en.wikipedia.org/wiki/Marshall_Plan)

 

Plus de détails sur le Marshall Plan Allemand, avec l’aimable contribution de l’ambassade d’Allemagne à Bamako:

Les principaux objectifs du plan sont d’améliorer les environnements des affaires en Afrique, de créer du développement économique et des emplois et de meilleures perspectives pour les jeunes Africains

Le Plan a trois principaux piliers :
1) les affaires, le commerce et les emplois
2) la démocratie et la bonne gouvernance
3) la paix et la sécurité

Le financement se fera par l’aide publique au développement (APD) plus les investissements privés (nationaux et étrangers) et la mobilisation des ressources intérieures (la fiscalité et d’autres instruments générateurs de revenus doivent être améliorés dans les pays.)

 

État actuel de la mise en œuvre:

Pour chacun des trois pays de «partenariat de réforme» choisis, l’accent est mis sur:

Tunisie: réforme du secteur bancaire (système de garantie pour les petites et moyennes entreprises tunisiennes), l’amélioration de l’environnement des affaires, les finances publiques ainsi que l’appui budgétaire sectoriel qui est envisagé.

Ghana: Énergies renouvelables et efficacité énergétique, enseignement et formation techniques et professionnels (EFTP), soutien au secteur financier (auquel ont été provisoirement alloués 95 millions d’euros, principalement des prêts)

Côte d’Ivoire: énergie renouvelable et efficacité énergétique, EFTP (engagement en 2017: 100 millions d’euros, principalement des prêts, d’autres fonds dépendront des progrès accomplis en matière des reformes convenues.

 

Négociations allemandes avec d’autres partenaires potentiels du plan Marshall:

L’Allemagne tente d’intégrer l’idée du plan Marshall dans les processus de l’UE tels que le suivi des sommets UE-UA, le Plan d’Investissement Externe, le Nouveau Partenariat Afrique – UE dans le cadre du Partenariat ACP – UE.

 

Stratégie de réduction des effets du changement climatique sur les communautés Les leaders du projet Arbre SEL à l’école des Changements climatiques


Les impacts des changements climatiques sont visibles partout au Mali, du Nord au Sud. La plupart des personnes qui vivent à la campagne et notamment ceux qui pratiquent l’agriculture peuvent décrire ces changements. Cependant, les notions scientifiques et les raisons de ces changements ne sont pas connues de la majorité. C’est dans cette logique que le Mali-Folkecenter Nyetaa a initié à Garalo et à Koussan, dans la région de Sikasso, une formation sur les changements climatiques à travers son projet Arbre SEL (Arbre comme Support de l’Économie Locale). Selon des témoignages sur place, c’était une des premières fois que ces participants composés d’élus locaux, d’agriculteurs, d’éleveurs, d’agro-éleveurs, de femmes leaders et d’exploitants forestiers découvrent les notions scientifiques des changements climatiques à travers des supports visuels.

Photos des causes, des conséquences des effets du changement climatique sur la planète terre et sur certaines communautés vulnérables au Mali et dans le monde étaient fascinantes. Les techniques d’adaptation, les stratégies d’adaptation ainsi que les mesures d’atténuation à l’échelle locale proposées ont suscité un intérêt général chez les participants.

La formation était orientée, avec des exemples illustratifs, sur la pratique agricole intensive avec l’utilisation d’espace réduit, bien géré et qui permet de produire un grand rendement. De bonnes pratiques de gestion des terres et des sols comme l’usage des cordons pierreux, les techniques de billonnage, les fascines et les zaï qui permettent de réduire l’érosion des sols et d’améliorer la rétention de l’eau, d’augmenter la fertilité et la productivité des terres ont été aussi enseignées aux acteurs ruraux.

Pour permettre une gestion durable des forêts et de la faune, les participants ont aussi appris de bonnes méthodes comme la mise en défens des forêts naturelles, la plantation d’arbres, la régénération naturelle assistée, les pares-feux entre autres. Ces pratiques sont plus résilientes aux forêts et susceptibles de contribuer fortement à la restauration de la faune et au retour des grands mammifères dans les réserves du complexe forestier Bougouni-Yanfolila.

 

LA REALITE DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES A SIKASSO

La région de Sikasso est le dernier rempart forestier du Mali. C’est la région qui recueille la plus grande quantité de pluie, avec un climat doux et une végétation verdoyante. Mais aujourd’hui, avec les changements climatiques, la région fait face à de vagues mouvements migratoires des populations des régions arides et semi-arides. En même temps, la région est confrontée à une diminution récurrente de la pluviométrie avec une mauvaise répartition dans le temps et dans l’espace. Cette situation engendre du coup la baisse des rendements agricoles.

La pression anthropique (l’impact de l’action humaine sur l’environnement) sur les ressources naturelles s’amplifie et la pratique d’activités destructrices de l’environnement s’intensifient. C’est le cas dans la région de Sikasso autrefois considérée comme le bastion des ressources forestières du pays, avec une pluviométrie abondante et qui vit aujourd’hui les effets des changements climatiques de la même manière que les autres régions du pays.

Financé par la Norvège, le Projet Arbre SEL (Arbre comme Support de l’Économie Locale) de Mali-Folkecenter Nyetaa conjugue des efforts afin de susciter une prise de conscience collective des habitants sur les dangers liés à l’exploitation abusive des ressources naturelles. Le projet Arbre SEL incite les populations à développer des activités économiques durables et appui des initiatives locales. A travers ce programme, Mali-Folkecenter multiplie des séances d’information, de sensibilisation et de formation.

 

TÉMOIGNAGES DE PARTICIPANTS

Selon des participants, cette formation a été très bénéfique pour eux. Ils estiment aussi que la session leur a permis de savoir et de comprendre les impacts des activités humaines dans le processus des changement climatique et du rôle qu’ils peuvent jouer faire face à la situation.

Penda Diakite, 3eme adjointe au Maire de la commune de Koussan :

« Nous avons beaucoup appris de la formation. Nous avons compris que les changements climatiques sont un fait réel, et nous devons tous assumer nos responsabilités, changer nos pratiques quotidiennes. Nous devons surtout limiter la coupe abusive du bois œuvre et du charbon du bois. »

Baba Daou, Éleveur a Garalo:

«  Je suis éleveur originaire de Tombouctou. Je me suis installé a Garalo en 2001 avec plus de 180 têtes de cheptel. Actuellement mon troupeau est en transhumance en Cote d’Ivoire. Cette formation sur les changements climatiques a été très instructif pour moi, et je pense qu’avec la situation actuelle, nous devons adapter notre pratique d’élevage aux réalités climatiques, et tous les éleveurs doivent adopter l’élevage par stabulation. »

La chanteuse Nahawa Doumbia ajoute à la joie de la fête des femmes


Des femmes venues de tout le Mali se sont rassemblées dans le petit village de Bougoula pour célébrer la Journée internationale de la femme. La musique, le chant, la danse et les discours soulignent le rôle crucial des femmes dans le développement durable.

La chanteuse malienne Nahawa Doumbia a ajouté une grande dose de joie à l’ambiance festive du village de Bougoula le samedi 10 mars.

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, Mali Folkecenter Nyetaa a remis des prix à des femmes de tout le Mali. Le prix a été décerné à la coopérative Sinsibere, située dans le village, à 60 kilomètres au sud de Bamako.

Le prix est décerné à des femmes qui ont fait preuve d’une résilience et d’une initiative extraordinaires dans leur travail quotidien pour générer des revenus pour leurs communautés touchées par le changement climatique.

La cérémonie de remise des prix a eu lieu dans le cadre de la Journée internationale de la femme le 8 mars et est une activité nouvellement créée de Mali Folkecenter qui devrait se tenir dans les années à venir. Pour 2018, 16 femmes et 4 hommes ont été nominés pour recevoir le prix.

Nahawa Doumbia s’est mise d’accord avec les organisateurs pour chanter pendant 10 à 15 minutes. Mais la chanteuse était tellement subjuguée par l’atmosphère et l’importance de l’événement qu’elle a livré une performance qui s’étendait sur pas moins de sept longues chansons – à l’admiration sincère des nombreuses femmes présentes et des gens du village.

Mme Doumbia a chanté sur la vie rurale et les difficultés et le besoin d’être résilient. Dans une chanson, elle a rappelé aux femmes et aux hommes combien il est important d’être unis »:  » Unis nous sommes forts. Divisés, nous sommes faibles », a-t-elle chanté en bambara.

Biankoro Coulibaly se joint à la danse

Elle était accompagnée par des rythmes de xylophone et de batterie délivrés par des musiciens locaux qui ont tout donné pour épauler la célèbre chanteuse.

Les femmes dans le public ont entouré la chanteuse et ont dansé avec elle, créant une atmosphère qui a été si trépidante que les hommes de la foule se sont joints aux danseurs.

Le prix en lui-même consistait en une statuette en bois en forme d’antilope, une statuette donnée traditionnellement aux meilleurs fermiers du village, ornée d’une inscription à la base indiquant « Mali Folkecenter Nyetaa – Mars 2018 »

 

Aminata Barry avec sa statuette

Bon nombre des 20 lauréats ont tenu des discours d’acceptation et ont exprimé leur gratitude et leur engagement à poursuivre la lutte contre le changement climatique et l’autonomisation des femmes et de leurscommunautés.

L’une d’entre elles, Balakissa Sidibé, âgée de 61 ans, a souligné que «on ne peut pas en dire assez, mais les femmes indépendantes sont une condition préalable au développement durable». Et les femmes dans les provinces ont un rôle important et important à jouer, elle a déclaré: «  » La solution pour le Mali est le développement dans les zones rurales « .

 

Mme Sidibe, qui se trouve être née le 7 mars, la veille de la Journée de la femme, est elle-est elle-même un exemple.

Balakissa Sidibé

Elle a vécu dans les pays voisins d’Afrique de l’Ouest pendant de nombreuses années en raison du travail de son mari pour l’UNICEF, mais en 2012 elle a décidé de s’installer dans sa ville natale de Koumantou dans la région de Sikasso au lieu de prendre sa retraite à Bamako. .

Elle voulait utiliser son énergie pour développer sa communauté. Depuis, elle a contribué à autonomiser d’autres femmes et à générer des revenus grâce à un large éventail d’activités, telles que la production de beurre de karité pour l’exportation, la culture de légumes. Mme Sidibe gère également une boulangerie.

La coopérative Sinsibere, en cette journée de fête, a également reçu en tant qu’invités d’honneur le chef de village, M. Hamidou Coulibaly, et le maire de Bougoula, M. Zoumana Coulibaly. Tous deux ont prononcé des discours éloquents soulignant leur plein encouragement aux femmes du Mali et à l’initiative de Mali Folkecenter.

Le maire de Bougoula, Zoumana Coulibaly et Nahawa Doumbia

 

Les festivités ont été suivies de près par les jeunes et les moins jeunes qui ont été émerveillés par la voix extraordinaire et puissante de Nahawa Doumbia, la musique jouée et les tambours énergiques et les nombreux discours colorés.

Quelques heures dans l’après-midi de ce samedi chaud et ensoleillé à Bougoula la fête a pris fin. Les participants ont fait leurs valises et sont retournés dans leurs propriétés rurales à travers le Mali.

Le village est de retour à la normale – aux tâches quotidiennes et aux efforts pour générer des revenus grâce à des méthodes bien établies de culture de légumes et d’agriculture, mais aussi en testant de nouvelles manières et de nouvelles idées.

Mali Folkecenter a plusieurs nouveaux projets en cours, dans et autour de Bougoula, comme l’introduction de bananiers dans la région. Jusqu’à présent, cette expérience s’est avérée si fructueuse que plusieurs paysans de la région ont commencé à cultiver cette plante «nouvellement venue» au Mali.

(Découvrez plus sur la Coopérative Sinsibere et la remise de prix annuelle de Mali Folkecenter ici: note pour le 8mars2018_bougoula